Gilles Babinet, un expert conférencier reconnu


gilles babinet contact conference

L’Ère Numérique, cinq Notions qui vont changer le Monde

Notre monde court-il à la catastrophe ? L’innovation est-elle en panne au point que nous ne puissions trouver les solutions pour nous extraire d’une crise telle que la France et le monde occidental n’en ont pas connu depuis la Seconde Guerre mondiale ?

L’Histoire nous enseigne pourtant que les périodes de crise ont souvent précédé les périodes de forte croissance économique et de progrès social. Pour autant, l’avènement d’une nouvelle économie de la connaissance va bouleverser plus profondément et durablement la société que ne l’a fait la révolution industrielle et nous n’y sommes que faiblement préparés.

Ce livre veut donc montrer que nous sommes, bien qu’au paroxysme de la crise, à l’aube d’une révolution de l’innovation sans précédent, d’un changement de paradigme majeur pour l’humanité. Gilles Babinet identifie cinq domaines dont l’évolution en cours, intrinsèquement liée au numérique, va changer notre vie : connaissance, éducation, santé, production et État.

Il explique en quoi, la distribution de la connaissance est en train de connaitre une accélération sans équivalent dans l’histoire, dont les conséquences ne sont ni perçues ni comprises, avec des implications notables dans l’éducation, qui pourrait devenir massivement décentralisée. De même, dans le domaine de la santé, les processus que nous connaissons -visite chez le médecin, utilisation massive de médicaments…- sont sur le point de connaitre des bouleversements importants. Mais cela ne s’arrêtera pas là. Dans le domaine de la production de richesses -l’industrie, les services, les évolutions pourraient être si radicales qu’il pourrait être nécessaire de repenser rien moins que le système économique dominant.

Dans les années à venir, deux forces pourraient bien s’opposer : une concentration de plus en plus accrue des capitaux et des outils de production face à une alternative crowdsourcée et open-source.  Une hypothèse que nous soumet enfin Gilles Babinet, c’est que contrairement à une perception largement répandue, nos sociétés humaines vont évoluer tellement radicalement qu’elle vont avoir besoin de plus de régulation -et non de moins- et en conséquence de plus d’Etat. C’est une vision surprenante (surtout venant d’un entrepreneur français), mais les arguments qui soutiennent son point de vue sont solides, et finalement crédibles.

Il ne s’agit aucunement ici de faire de la prospective à la petite semaine, ou plus grave encore, de faire l’apologie du progrès et de la modernité sans réserve. L’auteur évoque avec force l’importance qu’il y a à penser ce progrès, à être capable d’en percevoir les enjeux, et à partir de cette compréhension, d’en forger un projet de société ; plus encore d’appeler à ce que l’humanité décide de ce qu’elle souhaite faire de son futur.


"  Je viens d'achever la lecture, en version numérique ;-) de votre livre. Vous décrivez de manière très abordable les grandes transformations de tous les pans de la société par le numérique. Vous offrez ainsi toutes les clés pour percevoir la génese de cette révolution numérique dont nous sommes nous-même les acteurs. Une lecture vraiment très agréable et à la portée de tous. C'est sans doute là le point fort de votre livre qui s'attache à décrire les usages plutôt que les technologies. En espérant qu'il puisse réveiller certaines têtes bien pensantes de nos bonnes vieilles institutions.
"

 

 

BIO

 

GILLES BABINET passe son baccalauréat en candidat libre à l’âge de 20 ans et fonde à 22 ans sa première société, Escalade Industrie, en 1989. Cette société se spécialise dans les travaux électriques en hauteur, en moins d’un an, elle recrute une quarantaine de personnes.

Il fonde ensuite Absolut Design en 1991, en compagnie de Clément Bataille. En huit ans, la société se développera principalement dans le transport en dessinant le tramway de Bordeaux, les poubelles du métro parisien, etc. En 2000, il revend ce qui est alors devenu le Groupe Absolut à Euro RSCG.

Cette même année, GILLES BABINET fonde Musiwap, qui sera rapidement renommée Musiwave. Dès 2002, la société propose des sonneries pour téléphone « hifi », c’est-à-dire non plus composées d’harmonies synthétisées, comme c’est le cas pour une sonnerie polyphonique, mais produite à partir de l’enregistrement initial de l’artiste. En partenariat avec l’opérateur anglais Vodafone, Musiwave lance des téléchargements de titres de musique en qualité CD, en utilisant la technologie GPRS. En janvier 2006, Musiwave est revendue à la compagnie Openwave pour 139 millions d’euros.

Actuellement GILLES BABINET est président du conseil d’administration de Captain Dash, Eyeka, MXP4 et Digibonus.

Captain Dash: Captain Dash développe son expertise sur l’analyse de « Big Data », c’est une société qui offre aux directeurs marketing la possibilité de synchroniser dans un même tableau de bord dynamique l’ensemble de leurs données provenant de leur ERP, de leurs outils statistiques web avec des données exogènes, météo, qualité de l’air, de l’eau, cours de bourses, trafic routier, vacances scolaires, fêtes religieuses, tarifs energétiques, Google trends, variations monétaires, élections politiques, audiences TV, etc.

Eyeka: la société s’appuie sur le principe de co-creation, Eyeka réalise sur la demande d’entreprises une recherche publicitaire, marketing, stratégique auprès d’une communauté d’internautes.

MXP4: c’est une solution de musique interactive qui promeut les jeux sociaux. L’entreprise à publié sa première plateforme Bopler Games disponible sur Facebook.

Digibonus: une plateforme est proposée pour permettre aux entreprises d’organiser leurs propres jeux-concours sur Facebook pour engager activement leurs fans.

GILLES BABINET siégea par ailleurs au conseil d’administration du Mobile Entertainement Forum, une association internationale qui promeut les services de loisirs sur les mobiles. Il s’investit également dans l’aide à la création d’entreprise, en étant un membre actif de l’association 100 000 entrepreneurs.

Digital Champion :

Il est nommé le 25 juin 2012, « Digital Champion » par la ministre déléguée au Numérique Fleur Pellerin auprès de Nelly Kroes, la commissaire européenne chargée du Numérique . Dans le cadre de cette fonction, il fera parler de lui en marge de la publication du rapport Pour un New Deal numérique en déclarant dans une interview donnée à L’Usine Nouvelle que la CNIL est «un ennemi de la nation»

Conseil National du Numérique :

Le 27 avril 2011, GILLES BABINET est élu premier Président du Conseil national du numérique par ses 18 membres, aux côtés de trois Vice-Présidents : François Momboisse (Commission Croissance), Giuseppe de Martino (Commission Accès) et Nicolas Voisin (Commission Liberté). La durée du mandat est fixée par décret pour une durée de un an, renouvelable une fois. Cette instance consultative est officialisée le même jour par Nicolas Sarkozy.

Le CNN a pour charge d’éclairer les pouvoirs publics sur les enjeux de l’économie numérique et d’améliorer le dialogue entre le gouvernement et le secteur de l’Internet. Sous sa président, Gilles Babinet oriente le CNN sur des travaux de réformes de l’État et de compétitivité, en particulier le CNN s’est engagé sur le développement de l’e-éducation, du financement de l’innovation, de la fiscalité du numérique, et de l’open-data.

L’e-éducation : l’avis appelle à une mutualisation au niveau régional, avec les académies et les collectivités, des responsabilités techniques et pédagogiques relatives au numérique, sur la base du volontariat. L’État doit fournir des incitations à adhérer à cette structure garante de la cohérence et de la pérennité des projets numériques. Le CNN met en lumière la nécessité de la mise en place au niveau national d’un organe de réflexion, de conseil et d’accompagnement sur l’école numérique. Cet organe mixte doit être composée de personnes qualifiées issues du milieu enseignant mais aussi du monde du numérique. De même, il appelle à la création d’une plate-forme collaborative de référencement des ressources pédagogiques numériques. Les enseignants doivent disposer d’outils de recherche et de collaboration leur permettant de faire circuler et retrouver rapidement les ressources pédagogiques les plus adaptées à leurs besoins.

Le financement de l’innovation : Le CNN souhaite améliorer le fonctionnement du Fonds National pour la Société Numérique, renforcer les mécanismes de soutien à l’amorçage dans le cadre du FSN, ainsi que soutenir et structurer le financement privé de l’innovation par des mécanismes incitatifs.

La fiscalité du numérique : le CNN rappelle la fiscalité des acteurs numériques a pour but de financer le déploiement des réseaux haut-débit, de financer le développement des industries culturelles. Le CNN interroge aussi le fait que les acteurs de l’internet non domiciliés sur le territoire français sont susceptibles de créer de la valeur ajoutée, valeur qui ne fait pas l’objet d’une taxation par le Gouvernement français contrairement aux acteurs domiciliés fiscalement sur le territoire français.

La libération des données publiques : l’enjeu est d’accompagner les administrations vers une libération de leur données pour que celles-ci alimentent la sphère privée et permettent aussi de repérer les meilleures pratiques de gestion au sein du service public.

Un entrepreneur conférencier et intervenant en big data, numérique et innovations technologiques


Vous souhaitez contacter Gilles BABINET pour être l' intervenant grand témoin de votre conférence, convention ou congrès, envoyez-nous un mail détaillé de votre projet.